Catégories
news productivité

L’astuce d’un crypto-artiste pour tenir facilement ses résolutions de nouvelle année

Tout le monde passe par la case bonne résolution en début d’année. Certains trouvent ça marrant et d’autres complètement barbant. Peu importe ton camp, tu peux toujours tester ce que je te propose sur un mois, et voir ensuite si tu décides de continuer ou pas. Ce qui est certain : les résultats sont plus visibles avec des engagements tenus, mais je sais bien que c’est compliqué. Je vais donc te dévoiler mon astuce pour tenir facilement tes résolutions pour la nouvelle année.

Comme d’habitude, je te propose un accompagnement sonore, une ambiance pour te mettre dans le mood 🙂

Que choisir ?

Si tu n’as pas d’idées de bonnes résolutions, je peux t’en fournir quelques-unes très tendance depuis longtemps.

  • santé : arrêter de fumer, arrêter de boire, faire du sport régulièrement, perdre du poids, arrêter le café, arrêter le sucre, boire des jus vert, devenir végétarien,
  • bien-être : faire de la méditation, se lever tôt, se coucher tôt, faire des brossages lymphatiques, devenir minimaliste,
  • business : apprendre à investir, lancer un blog, enfin faire son site internet, lancer un podcast, créer une chaine YouTube, apprendre le code, apprendre le no-code, lancer un business en ligne, défi une œuvre par jour
  • bien-être : arrêter la télé / séries, pratiquer un instrument de musique, lire tous les jours, nettoyer / ranger tous les jours (espaces physiques et virtuels)

On a tous plein de désirs et d’envie d’amélioration, mais le problème n’est pas l’envie, le problème, c’est de rester dans la durée. Comme dans un business, le cycle de vie est le suivant : l’engouement de la découverte au début (fun), puis la traversée du désert (pas fun), et la récolte des fruits du labeur (fun). Le problème, donc, c’est la partie désertique. La partie qui fait que 99% des gens abandonnent. Quand il s’agit de tenir sur le long terme, c’est compliqué. C’est bien plus simple de changer d’idée, de résolution en se disant : « allez ! celle-là, j’y arriverai ». Et être encore plus démotivé après et finalement ne plus rien tenter et rester bien au chaud dans nos pantoufles d’inconfort. Une technique pour repousser cet abandon trop rapide est la suivante : que dira votre moi du futur dans 10 ou 20 ans quand il verra que vous n’avez pas agi ? Comment sera-t-il si, au contraire, il sait jouer du piano ou créer facilement des œuvres NFT, car il est devenu expert dans sa pratique ?

Comment Choisir ?

Pour choisir un peu plus consciemment ta résolution, tu peux t’inspirer des méthodes suivantes.

Hell Yeah !

La méthode « Hell Yeah » de Derek Sivers. Elle est au départ utilisée pour définir un business que tu voudrais lancer, mais elle peut très bien s’adapter au bon suivi de ta résolution. Ma proposition consiste simplement à évaluer la résolution qui demande un effort et la coupler à un bénéfice fort pour conserver ta motivation. Par exemple arrêter de fumer pour ne pas avoir le cancer dans 2 ans et voir mes enfants grandir. Ou bien, arrêter l’alcool pour ne plus avoir la gueule de bois et faire n’importe quoi aux vernissages et perdre toute crédibilité. Ou encore, faire de la méditation tous les jours pour être plus calme et prendre des décisions plus rapidement. Si tu te dis « Putain Ouais ! » à ta petite phrase de motivation, elle va agir comme une hypnotiseuse qui te suivra toute la journée, et ce sera alors bien plus simple de tenir tes engagements s’ils sont difficiles.

TOO HARD

Mon autre méthode, m’est inspirée par la boîte « TOO HARD » que Warren Buffett a sur son bureau. Cette boîte, qui est un simple panier à courrier, est là pour mettre de côté les projets trop compliqués, ceux qu’il ne comprend pas assez précisément ou en dehors de sa zone de compétences. Évidemment, quand il s’agit de résolution, et qu’on souhaite faire quelque chose de neuf, on va se pousser à sortir de notre zone de compétence, de notre fameuse zone de confort. Mais il y a parfois des limites : certaines zones sont trop dures à atteindre et on peut le savoir avec un peu de bon sens. On ne va pas escalader l’Everest si on n’a aucune expérience de la randonnée ou qu’on n’est même pas sportif ? On va d’abord se mettre en condition physique et monter notre escalier quelques fois et parfois, ça suffira à faire retomber toute notre belle motivation du début… Il faut faire une différence entre les rêveurs et les faiseurs. Ceux qui rêvent passent d’une résolution à l’autre, d’un projet à l’autre sans rien vraiment terminer. Si tu veux réussir, il va falloir faire partie des faiseurs. De ceux qui réussissent à accomplir ce qu’ils projettent et qui relèvent leurs challenges.

boite too hard de Warren Buffett pour les résolutions trop dures

Comment faire ?

Que dirais-tu de savoir constamment quel est ton objectif ? De ne plus papillonner à droite à gauche ? Et de vraiment te focaliser sur une (ou un petit ensemble) de résolutions ?

Alors voici mon astuce toute bête, mais diablement efficace. Il suffit d’écrire sur un papier ta résolution et de la manger, elle sera intégrée à ton corps et ainsi fera entièrement partie de toi et t’aideras à la réaliser.

🙂 Non, je rigole. (Quoique, tu peux quand même essayer et me dire si ça marche, mais j’en doute:)

Trêve de rigolade, j’ai reçu cette astuce Noah Kagan, un entrepreneur américain qui a maintenant un business à 27 millions de dollars et qui vient de sortir un livre qui explique sa méthode : The Million Dollar Weekend. Dans sa newsletter, il propose une astuce pour réaliser ses objectifs / rêves de l’année. Il les divise en 4 parties : travail, sport, vie perso et vacances. Dans chaque partie, il met 2 ou 3 objectifs maxi. Puis, il imprime la feuille. Et l’affiche un peu partout pour la croiser régulièrement et avoir constamment ses objectifs sous les yeux. Tu peux aussi t’en faire un petit papier à mettre dans ton porte-monnaie. Et j’ai bien aimé son idée de l’afficher sur son miroir de salle de bain : impossible de le louper. Sauf si du coup, tu décides d’aller te laver ailleurs ou de découcher tous les jours pour ne plus croiser ta satanée liste que tu n’arrives pas à accomplir ! Ou que tu deviens très sale, je ne voudrais pas être la source de cette déchéance.

De l’aide ?

Si tu veux, et en fonction de tes objectifs, je peux probablement t’apporter mon aide. En effet, j’ai des compétences dans plusieurs domaines, notamment informatiques, par mon passé d’ingénieur, mais aussi en blockchain, en NFT, en musique, en art contemporain… Et je suis passé également par des changements majeurs dans la mise en place d’habitudes saines : je ne bois plus d’alcool, je ne fume plus, je pratique la méditation tous les jours, je fais un workout de 10′ tous les jours, je pratique le brossage lymphatique associé à des affirmations positives, je prends des douches froides quotidiennes, je me suis débarrassé d’un fardeau adolescent en allant porter plainte #metoo et je tente de réaliser mon rêve de devenir crypto-artiste, de vivre de mon art et d’aider les personnes qui sont sur le même chemin. Pour ma part, ce chemin doit passer par une amélioration de moi-même d’abord. Toutes ces étapes me font gagner confiance en moi, car j’étais (et suis encore) en gros déficit de ce côté.

Encore une astuce sympa : « l’échec planifié ». Pour éviter de te sentir nul·le, planifie des jours off. C’est plus facile à tenir.

Évidemment, pour l’arrêt de la clope, ça ne marche pas ! Désolé.

Ma bonne résolution (un p eu forcée)

Ma bonne résolution forcée : passer au vélo. Je m’étais promis que si j’avais encore une problème sur ma voiture, je la revendrais. C’est chose faite. Et je suis passé au vélo. Je n’ai même pas racheté de vélo. Je roule avec un vélo achété 5euros dans une recylerie :). J’emmène ma fille à l’école, je vais partout en vélo. Au début c'(était dur. Ca faisait mal aux jambes. Ca fait d’ailleurs encore un peu mal. Mais finalement je suis très content de moi. Le temps n’est pas un problème, on apprécie plus le temps justement, même la pluie. On se sent plus proche de la nature. Enfin, ma première semaine de vélo était en plein pendant la période de grand froid donc j’ai quand même eu un peu de mal au départ. Mais je me suis dit : si j’arrive à dépasser ça, le reste sera sujper easy ! Et c’est le cas, maintenant je reste beaucoup plus longtemps sur le petit pignon (j’ai un plateau et 6 vitesses). J’ai acheté des grosses chaussette et enfilé 2 boxer, 2 paires de gants, et finalement j’ai acheté des gants de ski + un genre de bandeau cache oreille. J’avais la goutte au nez mais un sourire jusqu’aux oreilles et une pêche d’enfer ! Et pour une anecdote marrante tu peux aller lire mon billet sur les astuces pour rester zen.

Pour la suite, je pense me donner des objectifs pour moi et pour mon entreprise artistique qui suivent les principes de Noah Kagan, du genre :

  • 1 NFT par semaine,
  • 1 art-call par mois,
  • faire de la plongée et snorkeling en égypte,
  • rencontrer des artistes qui ont réussi et les interviewer,
  • trouver des clients

Quelques liens

Cet article a été réalisé dans le cadre d’un événement interblog initié par le blog https://devenez-meilleur.co/. J’aime beaucoup ce blog qui est une compilation de traductions d’articles de Steve Pavlina par Olivier Roland. Steve Pavlina est un blogueur des premières heures et un grand spécialiste du développement personnel.

J’aime notamment les articles suivants :

  • Le but de la vie : qui est agrémenté d’une vidéo d’Olivier Roland pour te permettre de trouver ton ikigai.

Et surtout celui-ci :

  • Comment vivre de son art : un article assez long, mais très très très inspirant et motivant pour ceux qui comme moi en sont au début de leur carrière artistique. Il donne un bon gros coup de boost pour ne pas faire dans la demi-mesure et nous rappelle que seul un engagement et un dévouement sans faille peuvent permettre à un artiste de réussir. C’est donc possible de vivre de son art si on s’en donne les moyens et qu’on décide de bien intégrer qu’être artiste, c’est gérer un business.

Je mets pour finir une citation que j’ai trouvée très inspirante, tirée de ce billet de blog. Il s’agit d’une citation de Theodore Roosevelt qui parle de la critique, mais aussi de l’action.

« Ce n’est pas le critique qui est digne d’intérêt ni celui qui montre comment l’homme fort a trébuché ou comment l’homme d’action aurait pu mieux faire. Tout le mérite appartient à celui qui descend vraiment dans l’arène, dont le visage est couvert de sueur, de poussière et de sang, qui se bat vaillamment, qui se trompe, qui échoue encore et encore — car il n’y a pas d’effort sans erreur et échec —, mais qui fait son maximum pour progresser, qui est très enthousiaste, qui se consacre à une noble cause, qui au mieux connaîtra in fine le triomphe d’une grande réalisation et qui, s’il échoue après avoir tout osé, saura que sa place n’a jamais été parmi les âmes froides et timorées qui ne connaissent ni la victoire ni l’échec. »

Theodore Roosevelt, extrait du discours « Citizenship in a Republic » prononcé en 1910

N’aie pas peur d’échouer. N’aie pas peur non plus de l’imperfection. Rappelle-toi le principe d’équivalence de Robert Filliou : bien fait, mal fait, pas fait. Planifie ton échec. Relève-toi et recommence plus lentement. Une grande lenteur implique un grand bonheur 🙂

illustration du principe d'équivalence de Robert Filiou : bien fait, mal fait, pas fait, par Dall.e

Tu as ❤ aimé l'article ?

J'ai créé un guide pour te lancer rapidement dans le crypto art.

Tu y découvriras :

  • La blockchain
  • Les NFTs
  • L'installation d'un wallet crypto
  • La frappe et la vente ton premier NFT
Si tu as aimé l'article, tu es libre de le partager ;)

Par François

J'ai créé le blog L'Artiste Crypto dans le but d'aider les artistes amateurs comme moi à se professionnaliser. Je souhaite apporter de l'inspiration en documentant la poursuite d'un objectif : devenir crypto artiste et réussir sur le Web3. A travers des articles, des vidéos et des interviews j'espère y parvenir et te faciliter la tâche.

Laisser un commentaire