Catégories
exposition news

Visite de l’UNDER-expo, exposition photo NFT Ă  Paris

J’ai Ă©crit mon prĂ©cĂ©dent post sur le droit Ă  la dĂ©connexion dans un train Ouigo. J’allais Ă  Paris pour visiter cette expo : l’UNDER-expo. Une exposition photographique NFT dans la galerie IHAM, premiĂšre galerie physique Ă  prĂ©senter des NFTs en France. J’ai pu rencontrer Annelise Stern et Brian Beccafico et leur poser des questions sur leur expo dans la galerie IHAM.

Pour profiter de cet article, je te propose l’Ă©coute de ce morceau de Smoke City qui m’a Ă©tĂ© rappelĂ© par l’ambiance visuelle de l’affiche de l’expo, une oeuvre de Lara Zankoul, intitulĂ©e « The Feminine Side ». Elle utilise des aquariums gĂ©ants pour faire ses photos.

Et l’oeuvre de Lara Zankoul – The Feminine Side :

L’Ă©vĂ©nement Under-Expo

Voici le lien de l’Ă©vĂ©nement. Malheureusement, sur eventbrite, les Ă©vĂ©nements passĂ©s ne sont pas prĂ©sentĂ©s dans leur entiĂšretĂ©. Quand j’ai pris ma place, je voyais toute la lineup et les diffĂ©rents temps forts. Je vous les redonne ici :

  • vernissage le mardi soir,
  • panel discussion le mercredi : NFTs in contemporary art fairs,
  • panel discussion le jeudi : Panorama de la photo dans le Web3,
  • afterwork le vendredi
  • et le samedi aprem : workshop, Introduction to Web3

Un programme vraiment sympathique. En rĂ©alitĂ© les 2 panels discussion ont Ă©tĂ© annulĂ©s. Je suis arrivĂ© le jeudi, et reparti le samedi. J’ai pu rencontrer les curateurs le jeudi. Et j’ai pris des photos le vendredi.

L’Under-expo se dĂ©roule en mĂȘme temps que Paris Photo. Un grand Ă©vĂ©nement photographique Ă  Paris au Grand Palais Ă©phĂ©mĂšre, avec 189 galeries exposantes et environ le triple d’artistes prĂ©sentĂ©s. L’Under-expo, tire son nom d’une pratique photo : la sous-exposition. On peut Ă©videmment y voir un rapport avec la sous-exposition des NFTs aujourd’hui ou celle d’artistes Ă©mergents qui ont besoin d’ĂȘtre vus. Lorsque Annelise m’a fait part de cette explication, cela m’a rappelĂ© ma propre demi-exposition pour openscreen #3.

Je prĂ©pare un article sur Paris Photo dans lequel on verra, que les NFTs et l’art numĂ©rique avaient une belle place Ă  Paris Photo.

Les curateurs et la galerie

L’expo est prĂ©sentĂ©e par deux personnes aux multiples casquettes. Des slasheurs modernes. Annelise Stern est fondatrice de ArtGirls / co-fondatrice de GxrlsRevolution / spĂ©cialiste du female gaze. Et Brian Beccafico est un ancien directeur de la section NFT europe de Sotheby’s / fondateur de ArtCrush / curateur indĂ©pendant sous le nom Arthemort. Avec des CV pareils, on se doute qu’il y a du level.

Pour accueillir leur projet : la galerie IHAM. La premiĂšre galerie physique en France Ă  avoir prĂ©sentĂ© des NFTs, grĂące au dĂ©veloppement d’un pĂŽle Web3, crĂ©Ă© par Grida, une habituĂ©e du NFT Morning.

Les astres sont donc rĂ©unis pour faire une belle exposition. Et le but de cette expo, plus que de parler de NFT, c’est de prĂ©senter des travaux photos d’artistes de diffĂ©rents niveaux : certains trĂšs jeunes et d’autres dĂ©jĂ  bien Ă©tablis dans le monde de l’art, que ce soit le monde de l’art traditionnel ou celui des NFTs.

SĂ©jour parisien

Un ami m’a gentiment accueilli pour trois jours. Heureusement, car je n’avais pas un gros budget. En prenant en compte :

  • un A/R en train Ouigo (35€, 19€ aller, 16€ retour, 4h de train VS 2h en TGV, mais des rencontres et du temps pour lire :),
  • une place Ă  Paris Expo (30€)
  • Total : 65€ 🙂

J’ai donc profitĂ© de deux soirs, jeudi et vendredi, pour rencontrer les galeristes et les Ɠuvres prĂ©sentĂ©es. Je ne suis pas allĂ© au workshop, mĂȘme si ça m’aurait permis de rencontrer plus de monde, car je devais voir un autre ami (ou ça m’arrangeait, car j’ai un peu de mal avec la foule ?)

L’ami qui m’accueillait, ne connaissait pas les NFT, ni le crypto-art. Pour lui, le crypto-art Ă©tait de l’art cryptĂ©, de l’art chiffrĂ© pour lequel il faut une clĂ© pour le dĂ©chiffrer. Ce n’est pas tout Ă  fait faux. Pour comprendre l’art contemporain, il faut souvent connaĂźtre certaines clĂ©s. À ce propos, j’ai lu un trĂšs bon livre sur le sujet : 10 clĂ©s pour s’ouvrir Ă  l’art contemporain d’Isabelle de Maison Rouge. Et concernant les NFTs, c’est aussi en partie vrai. Le NFT fait appel Ă  des fonctions de chiffrement (ou de cryptage si tu prĂ©fĂšres) pour s’inscrire sur la blockchain et obtenir ses qualitĂ©s uniques et infalsifiables.

Qu’est-ce que le crypto-art ?

Exploration du Crypto-art : DĂ©finitions et Dimensions

Je pensais savoir ce qu’Ă©tait le crypto-art, mais il s’est trouvĂ© que certains puristes en ont une dĂ©finition bien plus complĂšte que la mienne. Ma dĂ©finition est simple, une Ɠuvre de crypto-art est une Ɠuvre qui va ĂȘtre inscrite sur une blockchain sous forme de NFT. Une Ɠuvre authentique, infalsifiable, unique qui peut en plus incorporer des droits d’auteur. Mais un visiteur et Brian m’ont expliquĂ© qu’il y avait une dimension plus profonde et un peu plus stricte de ce qu’est le crypto-art.

Pour eux, le NFT est seulement un medium comme un autre, un nouveau support numĂ©rique qui facilite la transmission des Ɠuvres. Une Ɠuvre prĂ©sentĂ©e en NFT n’est donc pas nĂ©cessairement du crypto-art. Pour Brian Beccafico, une Ɠuvre de crypto-art, doit incorporer l’ethos de la culture crypto. Cela implique des thĂšmes liĂ©s Ă  la dĂ©centralisation, Ă  la souverainetĂ© numĂ©rique, Ă  la raretĂ© numĂ©rique, et Ă  la culture de la crypto-monnaie, la cĂ©lĂ©bration des nouvelles technologies, l’authenticitĂ© et la traçabilitĂ© et souvent un esprit de communautĂ©.

Exemples et Perspectives Personnelles

Pour me donner un exemple, Brian m’a indiquĂ© l’oeuvre de Bager Kaya, Twelve Lemons. Son oeuvre fait rĂ©fĂ©rence Ă  l’adage « When life gives you lemons, make lemonade ». Cette phrase a Ă©tĂ© adoptĂ©e dans le contexte des NFT et de la crypto-monnaie pour exprimer l’idĂ©e de transformer les adversitĂ©s en opportunitĂ©s.

J’ai eu un coup de chance, j’ai pris en photo l’Ɠuvre d’Artem Humilevski – Untitled en reflet dans la bouteille de vin, Ă  moins qu’elle fasse partie de l’Ɠuvre de Bager Kaya ? Double rĂ©fĂ©rence Ă  la culture NFT ? Pourrais-je en faire une Ɠuvre, dans l’esprit appropriation art de Sherry Levine ? Ou dans un esprit remix Serendip ? Il me faudrait l’avis d’experts…

Quand Annelise m’a prĂ©sentĂ© l’Ɠuvre et que je me suis trouvĂ© devant, elle m’a rappelĂ© des travaux de Sam Taylor Wood, ‘Still Life’ et ‘A Little Death’.

D’abord, je me suis trompĂ©, en citant Joseph Beuys, puis pour Ă©crire l’article, je me suis aperçu de la confusion. La piĂšce de Beuys, trĂšs cĂ©lĂšbre, est une performance de 1965 intitulĂ©e « Comment expliquer les tableaux Ă  un liĂšvre mort« . Beuys s’enferme dans la galerie Schmela Ă  DĂŒsseldorf. Il est enduit de miel et de graisse, 2 des 3 matiĂšres qui ont permis sa renaissance en artiste (miel, graisse animale et feutre). Il chuchote Ă  l’oreille d’un lapin mort ce que reprĂ©sentent les Ɠuvres.

Les deux Ɠuvres de Sam Taylor Wood prĂ©sentent des natures mortes qui meurent. En vidĂ©o time-lapse, on voit un plateau de fruits et un lapin se dĂ©composer. C’est une rĂ©flexion sur le temps qui passe et aussi sur la beautĂ© de ce qui disparaĂźt.

Mes Ɠuvres prĂ©fĂ©rĂ©es

En premier, Iness Rychlik. Son travail est absolument incroyable. Elle met en scĂšne son propre corps en exploitant sa faiblesse : une maladie rare qui provoque les traces qu’on voit quand elle dessine dessus. Faire de sa faiblesse sa plus grande force, la magnifier et la prĂ©senter comme le mĂ©dium de son travail, le tout associĂ© Ă  un travail photo de premier ordre.

Ensuite Brandfuet, une artiste Ă©mergente. Avec une esthĂ©tique trash et des messages forts, comme l’organisation de l’enterrement de l’ego masculin. Elle me rappelle plusieurs artistes. Du plus rĂ©cent au plus ancien : Hanne Zaruma, qui est aussi d’europe de l’est (Ukraine) et pratique plus l’humour dans ses piĂšces. Un article sur konbini : https://www.konbini.com/arts/avec-ses-photos-sensuelles-hanne-zaruma-dejoue-le-romantisme-2-0/. Ensuite Amalia Ulman, qui la premiĂšre, utilisa Insta pour se mettre en scĂšne de façon trĂšs rĂ©aliste. Les followers ne sachant d’ailleurs pas tous qu’il s’agissait de performance artistique. Enfin, les cinĂ©astes du cinĂ©ma de la transgression pour le cĂŽtĂ© trash de sa pratique artistique. Je pense Ă  Nick Zedd et Richard Kern. Leurs films peuvent d’ailleurs encore en dĂ©ranger plus d’un.

Et le dernier, foodmasku. Parce-qu’il est vraiment original et drĂŽle ? Un artiste du COVID. Qui a su profiter de ses compĂ©tences JavaScript et Css pour faire de l’art gĂ©nĂ©ratif et crĂ©er plusieurs milliers de montages photo pour rĂ©pondre Ă  la demande. Il est actif sur plusieurs rĂ©seaux : Twitter, Insta et Tiktok.

Peut-on comparer les prix, faire une analyse chiffrée ?

Je me suis dit que ce serait intĂ©ressant de comparer plusieurs Ă©lĂ©ments pour comprendre les prix des Ɠuvres et tenter de dĂ©gager des tendances. Je vais comparer le prix des Ɠuvres, la blockchain, et le nombre de followers twitter et insta pour voir si on peut trouver une corrĂ©lation.

Au dĂ©but, je voulais faire un programme JavaScript et puis j’ai eu la flemme. Alors, j’ai crĂ©Ă© toute une analyse sur Notion. Pour y avoir accĂšs, je te propose d’aller voir cette page.

En attendant, voici quelques images de mon espace partagé :

Les conseils et ressources des curateurs

Annelise en Brian m’ont donnĂ© un ensemble de conseils et de ressources pour complĂ©ter mon parcours de crypto-artiste.

Brian

Commençons par Brian. Je lui ai expliquĂ© que j’Ă©coutais de temps en temps le NFT Morning et que je m’intĂ©ressais aussi Ă  la newsletter de Kaloh. Il m’a alors donnĂ© deux autres sources :

Annelise

Du cĂŽtĂ© d’Annelise, j’ai obtenu de prĂ©cieux conseils quant Ă  la façon dont on peut commencer Ă  vendre nos Ɠuvres. Alors, attention,

đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„đŸ„

Annelise me conseille de contacter directement des collectionneurs. Et de crĂ©er un portfolio, car de nombreux crypto-artistes ne le font pas, ce qui fera la diffĂ©rence. Elle m’a dit que ce serait un bon moyen d’obtenir des avis, un retour sur mon travail et peut-ĂȘtre d’autres noms. Ensuite, elle m’a donnĂ© 2 noms de collectionneurs connus, que je connaissais par le NFT Morning et la NFT Factory. Il s’agit de Benoit Couty. Le co-fondateur de la NFT Factory : son linkedin, son twitter. Et le second est Edouard. Un autre proche de la NFT Factory. Voici son site.

Le conseil est valable pour n’importe quel collectionneur que tu peux trouver sur le net. Ils indiquent souvent collector, ou quelque chose du genre dans leurs bios Twitter et Insta.

J’ajoute le mien : faire pareil avec les galeries 🙂

Alors ? Est-ce que tu vas contacter des collectionneurs ? Des galeries ? As-tu un portfolio prĂȘt ? Raconte-moi tes aventures en commentaires !

Tu as ❀ aimĂ© l’article ?

J'ai créé un guide pour te lancer rapidement dans le crypto art.

Tu y découvriras :

  • La blockchain
  • Les NFTs
  • L'installation d'un wallet crypto
  • La frappe et la vente ton premier NFT
Si tu as aimé l'article, tu es libre de le partager ;)

Par François

J'ai créé le blog L'Artiste Crypto dans le but d'aider les artistes amateurs comme moi à se professionnaliser. Je souhaite apporter de l'inspiration en documentant la poursuite d'un objectif : devenir crypto artiste et réussir sur le Web3. A travers des articles, des vidéos et des interviews j'espÚre y parvenir et te faciliter la tùche.

4 rĂ©ponses sur « Visite de l’UNDER-expo, exposition photo NFT Ă  Paris »

Je ne savais pas qu’il y avais des Ă©vĂ©nements sur la crypto money 🙂 cela permet d’avoir d’autres visions sur le concept, merci pour le partage !

De rien ! Merci pour le commentaire et ton intĂ©rĂȘt. C’Ă©tait une expo photo et chaque photo Ă©tait aussi un NFT. On voit de plus en plus d’expos qui prĂ©sentent des Ɠuvres disponibles en NFT. Le Centre Pompidou en a mĂȘme acquis 18 en fĂ©vrier dernier : « CryptoPunk #110 » de Larva Labs, « Bitchcoin » de Sarah Meyohas et des Ɠuvres de Aaajiao, Emilie Brout et Maxime Marion, Claude Closky, Fred Forest, John Gerrard, Agnieszka Kurant, Jonas Lund, Jill Magid, Robness, Rafael Rozendaal, et John F. Simon Jr.

Article passionnant ! Perso, je suis peu formĂ©e au marchĂ© de l art mais beaucoup a celui des blockchain. Et je fais partie de celles qui pensent que les blockchain ont un super potentiel pour financer la crĂ©ation artistique….

Merci beaucoup 🙂 Oui, je pense aussi que les blockchains sont vraiment un trĂšs bon moyen pour tous ceux qui veulent lancer leurs projets artistiques tout en gardant leur autonomie et une connexion forte avec leur communautĂ©. C’est un milieu trĂšs dynamique et en pleine Ă©volution / construction !

Laisser un commentaire